SEIGNEUR, nous te bénissons

Pour l’existence du peuple malagasy,

Uni du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest

Par une seule langue.

Pour l’immensité du pays

Équivalent à l’ensemble du Luxembourg,

De la Belgique et de la France ,

Ainsi que pour la diversité des régions.

Madagascar, pays encore inconnu

Pour des milliers de gens dans le monde.

Sa frontière naturelle, une merveille,

Formés par le sable et la mer

Ils posent le peuple comme dans un berceau,

Recherché par les voyageurs comme un cadeau.

Nos ancêtres ont connu le Dieu Créateur.

Nous admirons son œuvre : la beauté de la terre.

Mais en saison de pluie, la terre drainée,

Envahissent les rivières et les fleuves,

Justifie le nom de l’Ile Rouge.

Les forêts touffues sont devenues chauves

À cause des incendies.

Les rizières s’étendent sur des champs à perte de vue.

Parfois détruites pour construire des usines.

Les richesses sous terre donneraient espoir à la société

Mais devenu lieu de violence.

Les infatigables sauterelles dans le Sud désertique,

Font des ravages bouleversants.

Les agriculteurs devenus impuissants,

Pleurent leurs prochaines récoltes.

Les manques de nourriture et de soins, Inquiètent le peuple.

Seigneur, nous te bénissons.

Pour l’Evangile apporté dans l’île

Permettant de découvrir le Dieu révélé en Jésus Christ.

Nombreux ceux engagés dans la vie de l’Eglise,

Ceux qui répondent à ton appel.

Mets ta Parole dans leurs paroles

Seigneur, nous te bénissons…

De nous rappeler notre responsabilité

De cultiver notre pays.

De tous les malagasy dispersé à l’étranger

Oeuvrant pour les pays d’accueil

Et pour Madagascar.

Seigneur, nous te bénissons.

Pour les îles voisines : Les Comores,